Le « maître spirituel » fête ses 150 ans en 2011

Publié le par Mayur

Pour le 150 ième anniversaire du célèbre poète indien, Rabindranath Tagore, l'UNESCO marquera cet événement en organisant le programme "Rabindrânâth Tagore, Pablo Neruda, Aimé Césaire pour un universel réconcilié", le 13 septembre 2011, à la Maison de l’Unesco, à Paris.

 

 

Rabindranath_Tagore.jpg

L'hymne national indien a été composé par Tagore

 

« A l’instar de milliers d’autres de mes compatriotes, ma dette est grande envers celui, qui grâce à sa génie poétique et à sa pureté de vie exceptionnelle a élevé l’Inde aux yeux du monde. (...) Les liens et les souvenirs qui nous unissent sont trop sacrés pour être évoqués devant tous », c'est dans ces termes que Mohandas Karamchand Gandhi, depuis son ashram de Sabarmati (Gujarat), a fait l'éloge de Rabindranath Tagore.

Pourtant, Gurudev (maître spirituel) n'était pas depuis toujours acquis à la cause de Gandhi. Sous l'Empire colonial, l’artiste indien met en garde ses compatriotes contre les excès du nationalisme. Tout en soutenant la lutte pour l'indépendance, il critique « la campagne Swadeshi menée par Gandhi et son utilisation de la roue tournante ou le charkha » que Tagore considère comme « futile » pour obtenir l'indépendance. Malgré cette opposition, c'est Tagore qui attribuera à Gandhi le titre de Mahatma, la grande âme.


 

Gandhi-TagoreGandhi, sa femme, Kasturba et Tagore à Sanatiniketan en 1940

 

 

 

Qui est Tagore ?

 

Le 7 mai 1861, la ville de Jorasanko à Calcutta (Bengal) voit naître celui qui deviendra le premier asiatique à recevoir le prix Nobel de littérature, en 1913. Rabindranath Tagore est le quatorzième enfant de Maharshi Debendranath Tagore et Sarada Devi.

À l'âge de 13 ans, il publie Tattwabodhini Patrika son premier poème et quatre ans plus tard, il part pour l'Angleterre étudier le droit à la faculté universitaire de Londres. Mais il abandonne ses études et rentre en Inde en 1880.


Éveil à la conscience politique


En 1904, Tagore commence à s'intéresser aux problèmes politiques et écrit un essai qui s'intitule « Swadeshi Samaj » (Notre état et société). L'année suivante débute l’action Swadeshi Andolan (mouvement pour l’indépendance) opposant la proposition de Lord Curzon de diviser le Bengale. Mais l'opposition violente entre hindous et musulmans freine le poète dans son engagement politique. Il se retire finalement du mouvement d'indépendance.

 

Gitanjali et le prix Nobel de littérature

 

tagore-einstein.jpgTagore a rencontré Albert Einstein en 1926


Après cette brève apparition en politique, Tagore se consacre à la littérature. Son domaine de prédilection. En 1910, Gitanjali est publié en Bengali. Trois ans plus tard, cette œuvre obtient le prix Nobel de littérature. Il est le premier écrivain asiatique à recevoir ce prix. De ce recueil poétique, André Gide en fera une traduction en français et sera intitulé, l'Offrande lyrique. En 1915, Tagore rencontre, enfin, pour la première fois Gandhi et l'érudit bengali persiste et signe : il ne participera pas au mouvement politique de Gandhi.


Globe trotter


Pendant cette trêve politique, Tagore profite pour voyager et sa célébrité dépassera les frontières de l’Inde. De l'Angleterre, aux États-Unis, en passant par la Bulgarie, la Grèce, la Thaïlande et Strasbourg, Rabindranath Tagore visite plus de 30 pays.

La plume de l’Inde s’arrêtera d’écrire en 1941. Cette année-là, il présente pour son quatre-vingt dixième anniversaire son ultime oeuvre, La crise de civilisation. Il tombe malade le 25 juillet et meurt le 7 août de la même année.

 

 

 

Mayore Lila Damji

 

 

Unesco: link

 

Crédit photos: link

Publié dans Culture

Commenter cet article