L’Himalaya : victime du conflit indo-pakistanais

Publié le par Mayur

L’Himalaya. Un petit coin de paradis en pleine nature. Les amateurs de méditation et de relaxation se délectent sur les hauteurs himalayennes, profitant de l’air pur, des cris d’animaux divers, où aucun bruit ne vient polluer l’atmosphère.

 

Les catalogues des agences de voyage ou les guides touristiques regorgent de ce genre de phrases élogieuses à l’égard du toit du monde. Mais la réalité est tout autre. L’atmosphère est polluée. Campements militaires, pelleteuses, bulldozzers défigurent le paysage et les tirs de mitraillettes font sortir l’Himalaya de sa torpeur.

 

map-siachen.jpgRevendiqué par Islamabad, le glacier de Siachen est actuellement contrôlé par l'Inde

 

La revue Maxisciences explique dans un article (Himalaya : les tensions entre Inde et Pakistan détruisent la nature ) comment les soldats de l'armée indienne et pakistanaise polluent et détruisent « progressivement l’écosystème fragile de la région ».

 

L’Himalaya est considérée comme le "plus haut champs de bataille au monde". En plus d’être polluée par les nuages noirs atmosphériques provenant des grandes métropoles du Sud-ouest asiatique, la chaîne himalayenne souffre également de la pollution militaire.

 

Une pollution qui contamine l’Indus

 

Faisal Nadeem Gorchani, de l'Institut de politique du développement durable, estime que « le glacier (de Siachen), l'un des plus grands au monde hors Pôles, a fondu de 10 kilomètres en 35 ans, ne mesurant plus que 74 kilomètres. Plus de la moitié de cette fonte est due à la présence militaire qui entraîne des mouvements de troupes, des constructions, des exercices, des tirs. »

 

En 2005, le climatologue américain Neal Kemkar soulignait que l’Himalaya devenait peu à peu « la plus grande et haute décharge du monde », citant notamment un rapport d'ONG estimant que du seul côté indien, « plus de 900 kg de déchets humains étaient jetés chaque jour dans des crevasses ». Une pollution qui contamine l’eau de la rivière Indus dont dépendent des millions d’Indiens et de Pakistanais.

 

« L'Inde et le Pakistan ne se font plus la guerre, ils font la guerre au glacier », déplore rageusement  dans Maxisciences, l'hydrologiste pakistanais, Arshad Abbasi . « Et la nature se venge en tuant des soldats ». Le 7 avril 2012, 138 soldats pakistanais ont trouvé la mort après avoir été surpris dans leur sommeil par une avalanche.

 

Depuis 30 ans, 8 000 personnes sont mortes dont 70% à cause du froid. Selon la presse indienne et pakistanaise, 4 000 soldats pakistanais sont mobilisés face à 4 000 "jawan", terme laudatif utilisé pour désigner les militaires indiens.

 

M. L D

 

Plus d'informations sur Couleurs de l'Inde :

 

L’Inde, dépotoir des déchets électriques et électroniques, juillet 2011

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article